© OTDZ

Petit patrimoine religieux à Douarnenez

  • Histoire de Douarnenez

Petit patrimoine religieux

Le patrimoine religieux invite aussi à observer ce qui, inséré dans le tissu urbain ou ornant les maisons, échappe souvent aux regards mais qui témoigne pourtant de rites et de dévotion.

Niches et statues

De nombreuses maisons douarnenistes sont ornées de niches, dans lesquelles on peut apercevoir, quand elles existent encore, des statuettes (parfois en faïence de Quimper). Ces statues avaient souvent vocation à protéger les habitants de la maison contre les épidémies. A découvrir dans les rues Hervé Julien, Jean Jaurès, Ernest Renan ou Saint-Michel.
Du côté de la plage de Pors Cad, sur les bâtiments de la Stella Maris, trône une Vierge à l’Enfant. La sainte patronne se tient debout sur l’étrave d’une chaloupe en granite, et bénit la mer pour protéger les marins. La congrégation Notre-Dame de la Mer est créée en 1894 pour aider les familles les plus pauvres et réunit les pêcheurs, qui portant une médaille à la Vierge étaient appelés « les gars de la médaille ». Elle commande cette sculpture en fonte de 2,50 mètres en 1899 initialement placée en haut d’un moulin puis hissée sur ce bâtiment en 1949.

Les cimetières, terre des morts

Le cimetière de Tréboul face à la mer, constitue un paysage patrimonial, témoin de la dureté de la mer. De nombreuses veuves venaient prier sur les tombes de leurs défunts maris. Les cimetières étaient très fréquentés, lieux de sociabilité et de dévotion. On retrouve ici les tombes de Georges Perros, John Antoine Nau (1er prix Goncourt).

Celui de Ploaré présente une porte triomphale qui est aussi le monument aux morts de la guerre 14-18. Un bas-relief montre une ouvrière d’usine, une penn-sardin, pleurant. L’une des tombes est surmontée d’une belle sculpture de marbre : une bretonne avec son fils. Parmi les autres tombes : Dr Laënnec, Noël Roquevert, Jean Marin la voix de la France Libre…

Découvrez nos autres

églises et chapelles