Pemp real a vo! Parcours du centenaire des grèves sardinières (suite)

Un parcours touristique et culturel original porté et imaginé par Emglev bro Douarnenez, association qui valorise la langue et la culture bretonnes, avec l’illustratrice Marianne Larvol et en partenariat avec l’Office de Tourisme du Pays de Douarnenez.
Ce projet a reçu le soutien du programme «Patrimoine maritime et littoral – Réhabilitation du bâti et médiations innovantes» de la Direction du tourisme et du patrimoine de la Région Bretagne et de la Ville de Douarnenez.

Le travail de recherche s’est réalisé avec l’aide de Jean- Michel Le Boulanger (auteur, géographe), Fanny Bugnon (Docteure en histoire contemporaine, spécialiste des études sur le genre – Rennes 2), Françoise Pencalet (docteure en histoire), Fabien Tillon (historien et petit-fils de Charles Tillon), Arlette Julien et l’association Les Mémoires de la Ville à Douarnenez (association d’histoire locale), Alain Le Doaré (historien, qui a aussi confié à Marianne Larvol ses archives photographiques pour le travail de création graphique).
Au travers de ce parcours de sensibilisation aux grèves de 1924/1925, c’est une grande partie de l’histoire du patrimoine maritime douarneniste et breton dont il est question : la pêche à la sardine, les conserveries, le droit des femmes, le droit des travailleurs, les luttes ouvrières, tous témoins de l’importance de l’industrie de la pêche dans le développement économique et social de la région.

Le parcours s’étend de l’ancienne gare de Tréboul au port du Rosmeur. Il permet de découvrir 8 collages de personnages ayant marqués ces grèves et 4 scènes de vie quotidienne.

La tentative d’assassinat de Le Flanchec

Le 1er janvier 1925, une tentative d’assassinat est menée par des briseurs de grèves contre Daniel LE FLANCHEC (maire de Douarnenez très engagé dans les grèves). Blessé à la gorge, hospitalisé à Quimper, il revient le 5 janvier 1925 sous les acclamations des grévistes.

Tentative-assassinat_melanie_NLG_1977.mp3Tentative assassinat_melanie_NLG_1977.

Témoignage audio : « Mélanie, syndicaliste », enregistrée par Nicole Le Garrec, 1977

Charles Tillon

Un syndicaliste à Douarnenez

Fort de la victoire des Penn Sardin, il œuvre sur toute la façade atlantique auprès des ouvrières pour améliorer leurs conditions de travail.

Pendant la seconde guerre mondiale, Charles Tillon devient commandant en chef des FTP (Francs Tireurs Partisans) puis ministre sous le gouvernement De Gaulle.

 

*femmes d’usines de Douarnenez

TABLEAU
La révolte des Sardinières, Tillon Charles 1926 – Musée de Bretagne

M. Bordennec

Un marin dans la grève

Le port de Douarnenez compte près de 500 chaloupes et 5000 marins.

En 1924, ils restent à terre et soutiennent la grève.

Chanson : « Mec’hed ar friturioù »
Chanté par Pierre-Yves Pétillon, accompagné à la vielle par Michel Colleu, 2022. Le texte est celui recueilli par Herlé Denez en 1995 auprès de Renée Berlivet, qui l’a appris chez Pennamen ; version publiée dans Mémoire de la Ville en 1996, n° 26, p. 9. La mélodie et un couplet ont été transmis par René Losq le 29/05/2021. Il a entendu la chanson en travaillant le poisson à bord du mauritanien Tarentelle (DZ3969) en 1961, elle était chantée par Alexandre Le Moan.

Lien vers https://raddo-ethnodoc.com/raddo/document/3243543

1 – Merc’hed Eugène Jacq zo begoù bras
Brasoc’h o beg evit ur votez koad

R – Jouez là et là-bas Hag ar sac’h war e benn
Et le rin trin trin Et l’argent du meunier

2 – E ti Pennamen zo leun a c’hwen
Emaint ’doug an deiz gant o morzenn

3 – E ti Lozac’hmeur emaint div-ha-div
É pignat ar grec’henn emañ ar galeoù

4 – Merc’hed Penanros zo reñfermet
emaint diwallet deus ar paotred

5 – Merc’hed Chemin zo merc’hed lor
Enjoentiñ ar marc’h da gouezhet en aod

6 – E ti Marlière o deus bronnoù bras
A daol anezho a dreist o skoaz

7 – Hag e ti Guy zo seurezed
Emaint ’doug an deiz gant ur chapeled

Traduction : 1 – Les filles de chez Eugène Jacq sont de grandes gueules / Leurs bouches sont aussi grandes que leurs sabots de bois // R – Jouez là et là-bas et le sac sur sa tête… // 2 – Chez Pennamen leurs têtes sont pleines / Toute la journée avec leurs torpilles (genre de poisson) // 3 – Chez Lozac’hmeur elles sont deux par deux / Grimper la montée c’est le bagne // 4 – Les filles de Penanros sont renfermées / Elles sont préservées des garçons // 5 – Les filles de Chemin sont des filles sales / Enjoignent le cheval de ne pas tomber sur la plage // 6 – Chez Marlière elles ont de grosses poitrines / Elles les jettent par-dessus leurs épaules // 7 – Et chez Guy ce sont des (bonnes) sœurs / Toute la journée elles font leurs chapelets.

Mme JULIEN

Membre du comité de grève

Sans salaire, la population s’organise pour tenir et subvenir aux besoins de la famille.
Mme JULIEN s’occupe de la caisse de solidarité, de l’organisation de la soupe populaire.

Chanson : Tan pinvidik e penn an dig
Chanté par Les Voisines, La Cale, 2022
Le 1er couplet (paroles et musique) a été recueilli à Douarnenez par René Pichavant, qui l’a publié dans Champilla en 1978. Les couplets suivants ont été « douarnenisés » par Les Voisines à partir de deux versions chantées au Guilvinec dans les conserveries.

1 – Tan pinvidik e penn an dig
Tan pinvidik e penn an dig
Hag en deus graet ur ploñj a pik
Hag en deus graet ur ploñj a pik
Hag en deus graet ur ploñj a pik
Charmante brune
Hag en deus graet ur ploñj a pik
E penn an dig

2 Tan pinvidik war penn an dig (bis)
Ar merc’hed yaouank a ’deus lik (bis)
Ar merc’hed yaouank a ’deus lik (bis)
Charmante brune
Ar merc’hed yaouank a ‘deus lik
E penn an dig

3 Tan pinvidik ’ba’ lost an dro…
Ar merc’hed yaouank a ‘deus tro…
’Ba’ lost an dro…

4 Tan pinvidik ’kichen Porzh Gad…
Merc’hed yaouank o riboulat…
’Kichen Porzh Gad…

5 Tan pinvidik war ar Flimioù…
Ar merc’hed yaouank a ‘deus liv…
War ar Flimioù

6 Tan pinvidik war ar Rosmeur…
Ar merc’hed yaouank a ‘deus fleur…
War ar Rosmeur

7 Tan pinvidik e ti Micheline…
Setu n’em gavet ar Voisines…
E ti Mich’line

1 Tan pinvidik au bout de la digue / Et il a fait un plongeon à pic /Au bout de la digue // 2 au bout de la digue Les jeunes filles ont le hoquet // 3 Au bout du virage / Les jeunes filles ont du tour (avoir une habilité particulière) // 4 Près de Porscad / Les jeunes femmes font la fête // 5 Sur le Flimioù / Les femmes ont des couleurs // 6 Sur le Rosmeur / Les jeunes filles ont des fleurs // 7 Chez Micheline / Voilà les Voisines.

 

La victoire des sardinières

La grève se termine le 8 janvier 1925. Elle a duré 46 jours. Les femmes obtiennent 1F l’heure au lieu des 80 cts, les heures de nuit majorées, la reconnaissance du droit syndical.
Une grève de femmes victorieuse qui rayonnera bien au delà de Douarnenez.

«Penn Sardin» de madame Claude Michel (grève des Sardinières, Douarnenez 1924) english subtitle
«Penn Sardin» de madame Claude Michel (grève des Sardinières, Douarnenez 1924) english subtitle
«Penn Sardin» de madame Claude Michel (grève des Sardinières, Douarnenez 1924) english subtitle

Chanson : « La chanson des Penn Sardin »

Il fait encore nuit elles sortent et frissonnent
Le bruit de leurs pas dans la rue résonne.

Écoutez l’bruit d’leurs sabots
Voilà les ouvrières d’usine
Écoutez l’bruit d’leurs sabots
Voilà qu’arrivent les Penn Sardin

À dix ou douze ans sont encore gamines
Mais déjà pourtant elles entrent à l’usine.

Du matin au soir nettoient les sardines
Et puis les font frire dans de grandes bassines

Tant qu’il y a du poisson il faut bien s’y faire
Il faut travailler il n’y a pas d’horaires

À bout de fatigue pour n’pas s’endormir
Elles chantent en chœur il faut bien tenir

Malgré leur travail n’ont guère de salaire
Et bien trop souvent vivent dans la misère

Un jour toutes ensemble ces femmes se lèvent
À plusieurs milliers se mettent en grève

Écoutez l’bruit d’leurs sabots
Ecoutez gronder leur colère
Écoutez l’bruit d’leurs sabots
C’est la grève des sardinières

Dans la ville rouge on est solidaire
Et de leur victoire les femmes sont fières

À Douarnenez et depuis ce temps
Rien ne sera plus jamais comme avant

Après six semaines toutes les sardinières
Ont gagné respect et meilleur salaire

Ecoutez l’bruit d’leurs sabots
C’en est fini de leur colère
Ecoutez l’bruit d’leurs sabots
C’est la victoire des sardinières

JOSEPHINE PENCALET

"Votez Joséphine"

Engagée dans la grève, Joséphine PENCALET va marquer l’Histoire en devenant l’une des 10 premières femmes françaises à siéger dans un conseil municipal en mai 1925. Les femmes n’ayant pas encore le droit de vote, son élection est invalidée en décembre 1925.

Née à Douarnenez en 1886 d’un père marin et d’une mère « femme de friture », Joséphine Pencalet reflète la condition ouvrière de la ville. Ouvrière de conserverie, elle participe à la grève au côté de plus de 2000 ouvrières et ouvriers. C’est dans ce contexte qu’elle signe son premier engagement en adhérant au syndicat CGTU. Au printemps 1925, moins de quatre mois après le dénouement victorieux du conflit, son nom est placardé sur les murs de Douarnenez : elle est candidate à l’élection municipale sur la liste de Daniel Le Flanchec. Le 3 mai 1925, la liste communiste triomphe en remportant 26 des 27 sièges au 1er tour. Joséphine Pencalet est ainsi proclamée élue. La situation est inédite : alors que les Françaises sont dépourvues des droits politiques, une femme est pour la première fois élue. Au total, elles sont dix dans ce cas en France. La loi n’interdit en effet pas aux femmes de se porter candidates. La justice administrative se met en marche dans les semaines qui suivent : la Préfecture invalide son élection au motif qu’elle est une femme ; Joséphine Pencalet conteste cette décision devant le Conseil d’État. Ce pourvoi lui permet de siéger au conseil municipal de Douarnenez jusqu’à la confirmation de l’annulation de son élection le 27 novembre 1925. Restée par la suite à l’écart du jeu électoral, elle meurt à Douarnenez en 1972.

Texte de Fanny Bugnon, auteure de « L’Election interdite – Itinéraire de Joséphine Pencalet, ouvrière bretonne (1886-1972) », 2024, éditions Seuil

Fermer